CHAPITRE IV: L’ÉPHIPHANIE

[81] Cette fête de l’Épiphanie est l’une des plus pittoresques de l’année chrétienne. C’est dans la description de l’événement qu’elle commémore que surviennent pour la première fois les mots que nous connaissons tous: « Nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus l’adorer. » L’histoire n’est que brièvement racontée dans l’Évangile; nous y entendons simplement que des Sages sont venus d’Orient à Jérusalem pour demander où devait naître l’enfant qui devait être le roi des Juifs. Comme les prophètes juifs avaient choisi pour la naissance du Messie la ville de Bethléem, les Rois Mages reçurent l’ordre de s’y rendre; et il est dit qu’en chemin l’Étoile, qui les avait conduits de leurs lointaines maisons, leur apparut de nouveau et leur indiqua la grotte-écurie dans laquelle l’enfant Jésus était couché. Ces Mages entrèrent donc et adorèrent l’Enfant, et Lui offrirent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais entre-temps, Hérode, qui occupait alors le poste de roi des Juifs, fut quelque peu troublé d’apprendre qu’un autre prétendant à ce poste était en lice; aussi, lorsque les Sages ne revinrent pas pour décrire leurs aventures, il envoya des soldats à Bethléem, et tenta d’assurer l’élimination de son rival potentiel en tuant tous les enfants de moins de deux ans. Entre-temps, les Rois Mages avaient été avertis en rêve de les éviter, et de la même manière, Joseph et Marie avaient été avertis de retirer l’enfant de leur portée.

[82] Cette histoire, si simplement racontée dans l’évangile, devient beaucoup plus belle, bien que peut-être moins crédible, dans l’ancienne tradition ecclésiastique. Le mot « Mages » ou Hommes Sages signifie ce que nous devrions appeler aujourd’hui des étudiants du côté intérieur des choses, et cela aurait certainement inclus l’astrologie à cette époque; ainsi, leur intérêt extrême pour une étoile inhabituelle s’explique facilement. Selon la tradition, les Sages n’étaient pas seulement des hommes d’étude, mais des rois, chacun régnant dans son propre pays. La légende n’est pas précise quant à la localisation des pays, mais les noms des trois rois sont Melchior, Balthasar et Gaspar, et la tradition universelle veut que le troisième soit un homme noir, un nègre d’Afrique. Il semble que Melchior et Balthasar étaient des souverains d’États arabes; mais quoi qu’il en soit, il est dit que chaque roi, de là où il était, a vu cette étrange nouvelle étoile et a décidé de partir en voyage pour voir ce qu’elle pouvait signifier.

Selon cette légende, ce n’est qu’à l’approche de Jérusalem, chacun avec sa propre suite, que les trois rois se rencontrèrent; et il est suggéré que l’arrivée de ces parties, toutes en tenue de guerre, posa beaucoup de questions et d’excitation, et qu’Hérode envoya un ambassadeur, alors qu’ils approchaient de la ville, pour leur demander leurs intentions. Puis, comme le dit l’histoire, après avoir reçu la réponse à leur question, les trois rois se rendirent ensemble à Bethléem avec seulement quelques accompagnateurs personnels, laissant leurs plus grandes troupes camper près de Jérusalem; chacun d’eux apporta de nombreux cadeaux coûteux à offrir au nouveau-né. Mais lorsqu’ils arrivèrent à la grotte et virent le petit enfant, on dit qu’ils étaient si formidablement [83] impressionnés par le magnétisme qu’ils ressentaient, qu’ils en furent complètement subjugués et, au lieu d’offrir la grande quantité de cadeaux qu’ils apportaient, chacun prit à son accompagnateur ce qui était le plus proche de lui, le déposa aux pieds de l’enfant, avant de se retirer précipitamment. C’est ainsi que Melchior offrit une coupe en or, qui aurait été conservée par la Vierge Marie et utilisée par le Christ lui-même lors de la fête de la Fontaine de la Sainte Eucharistie, tandis que Balthasar offrit une boîte en or contenant de l’encens rare et Gaspar un flacon curieusement ciselé contenant de la myrrhe.

L’Église a toujours interprété ces dons de manière mystique, en disant que l’or montrait que l’Enfant était un roi, que l’offrande d’encens dénotait sa nature divine et que la myrrhe, étant une des épices spécialement utilisées pour les sépultures, constituait une espèce de prophétie, un symbole de la mort qu’Il devrait connaître. La légende met en évidence une étrange interprétation de la remarque du récit évangélique selon laquelle les trois rois sont retournés dans leur pays par un autre moyen, car il est dit que l’étoile leur est apparue au moment exact de la naissance de Jésus, et qu’ils ne sont arrivés à Bethléem que douze jours plus tard. Cela s’explique par le fait que leur chemin a été, d’une certaine manière, miraculeusement aplani pour eux, et que lorsqu’après leur visite, ils ont décidé de rentrer, ils ont constaté que leur voyage avait duré plusieurs jours de plus qu’à l’aller. Chacun, comme le raconte la vieille histoire, a été profondément et durablement affecté par ce qu’il avait vu; ils ont tous accepté de démissionner de leur royauté respective, et de se consacrer entièrement à la vie religieuse. La légende raconteait [84] qu’ils voyagèrent ensemble à travers de nombreux pays du monde connu à l’époque, et on suppose même qu’ils sont morts à Cologne, où leur tombe est toujours exposée.

Il est impossible de dire aujourd’hui quel est le fondement de cette étrange histoire ancienne; mais au moins, elle a quelque chose d’une beauté antique, et il n’est pas sans intérêt pour nous de savoir comment ce jour était considéré au Moyen Âge. Nous ne pouvons pas la garantir en tant qu’histoire vraie, mais en tant que symbole, elle n’a rien d’exceptionnel; car ceux qui sont les vrais Sages, ceux qui sont les vrais rois parmi les âmes des hommes, reconnaissent toujours un grand Maître quand il vient; ils Le connaissent et ils viennent l’adorer, et ils offrent tout ce qu’ils ont, pour l’aider dans l’œuvre qu’il vient faire.

Qu’ils aient été rois ou non, il est au moins certain que les Mages n’étaient pas juifs; et donc ce jour a toujours été considéré par l’Église comme la manifestation du Christ aux Gentils [vs païens; eng.: Gentiles] – le premier symbole apparaissant dans la vie de l’Enfant Jésus pour montrer que sa mission n’était pas seulement envers son propre peuple, mais envers le monde entier. L’Instructeur du Monde a justifié son titre et sa position dès le début de sa vie en Judée, et nous pouvons comprendre que cela était peut-être nécessaire. Car je suppose qu’il n’y a jamais eu de race plus exclusive que les Juifs; et puisque Celui qui est né était de la semence de David, dont ils espéraient, pour beaucoup d’entre eux, que leur Messie promis viendrait, ils auraient prétendu Le garder entièrement pour eux, s’il n’y avait pas eu une indication claire et décidée qu’Il était venu non seulement pour eux, mais pour [85] le monde. Il n’a jamais hésité à dire cela plus tard dans sa vie, mais il est au moins significatif et beau qu’il ait été indiqué dès le début que ceux qui n’étaient pas juifs devaient participer à Son culte, même si c’était si tôt dans Sa vie.

Malheureusement, le christianisme a beaucoup hérité des juifs. Ils sont une race merveilleuse. Je devrais être le dernier à chercher à les déprécier, ainsi que leur influence générale dans le monde, de quelque manière que ce soit, mais le Juif d’aujourd’hui n’est en aucun cas le même homme que le Juif du temps du Christ. Cette race, comme toutes les autres races du monde, est passée d’un début primitif à son état actuel de civilisation. Toutes les nations l’ont fait; nous, la race anglaise, avons l’habitude de nous penser au moins aussi bons que les autres, mais nous aussi, nous avons commencé à un niveau assez bas. Nos ancêtres n’étaient pas une race très évoluée; ils avaient certes leurs propres avantages et particularités, mais ils n’étaient certainement pas avancés. D’autres races se sont mêlées à eux pour créer cet étrange mélange que nous appelons aujourd’hui anglais. De cette race celte proviennent les Saxons, les Angles, les Jutes du continent, mais aucun d’entre eux n’était très civilisé. Les témoignages qu’il nous reste nous disent qu’ils faisaient rôtir des bœufs entiers et les mettaient en pièces avec leurs mains, et qui buvaient allègrement entre eux. Ils n’étaient pas d’une race dont on peut être fier. Ils avaient certaines vertus baroques; ils étaient courageux sans aucun doute; et on dit qu’ils traitaient bien les femmes quand elles n’étaient pas esclaves. Dans ce mélange anglo-saxon celtique est venue la race normande, qui était un peu plus civilisée, avant qu’elle ne rejoigne les autres; [86] cependant, si nous lisons les romans de l’époque médiévale, nous constaterons que la culture de notre pays laissait beaucoup à désirer.

La grande race romaine qui était si fière d’elle-même à juste titre est née d’une petite tribu latine; nous ne devons donc pas hésiter à admettre qu’il en était de même pour les Juifs. Les Juifs, à leurs débuts, étaient une tribu nettement barbare. Il suffit, pour s’en rendre compte, de lire leurs écritures retraçant leur histoire. On les trouvera en train de commettre des crimes terribles, des massacres de masse, de nombreux sacrifices de sang – toutes sortes de choses horribles ont été faites par eux, et, selon leur propre récit, approuvé par leur divinité, ce qui montre qu’ils avaient affaire à un dieu tribal, et pas du tout à une grande divinité.

Certaines caractéristiques des Juifs étaient intensément marquées, et cette idée d’être un peuple élu de Dieu était l’une des plus fortes. C’est l’une des choses que les chrétiens ont héritées d’eux, et cela a été décidément malheureux. Si nous avions pu accepter le Christ comme le Fondateur de Sa religion et ne pas retourner dans le judaïsme, mais prendre Ses enseignements, nous aurions pu faire beaucoup mieux à travers les âges. Nous aurions alors dû mettre de côté toutes ces idées d’un Dieu jaloux, d’un Dieu cruel, d’un Dieu qui persécute les gens jusqu’à la troisième ou quatrième génération s’il leur arrive de faire quelque chose qui ne Lui plaît pas. Le Christ a parlé très différemment; il nous a enseigné un Père aimant, et a prié pour que nous soyons tous un en Lui comme Il était un avec le Père; Il n’a pas parlé de jalousie, de cruauté et d’horreur.

[87] Les Juifs étaient intensément égocentriques et pensaient qu’il n’y avait pas de salut en dehors de leur propre corps. Les évangélistes mettent parfois dans la bouche du Christ des mots qui semblent aussi étroits que leurs propres idées, car souvenez-vous qu’ils étaient eux aussi majoritairement juifs. Nous n’en savons pas beaucoup sur Luc, mais nous savons que Matthieu, Marc et Jean1 étaient juifs en tout cas. Le discours sur le fait de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens n’est guère ce qu’un Sauveur du Monde aurait dit. Mais nous pouvons déceler la véritable attitude du Christ qui nous observe de différentes manières, même dans ce qui Lui est attribué dans l’évangile. Souvenez-vous qu’Il dit: « J’ai d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie » – pas du tout des Juifs, pas des gens qui Le suivent dans cette incarnation – « mais elles aussi, je les amènerai, et il y aura une bergerie et un troupeau. »

Le christianisme dans son ensemble n’a pas pris l’enseignement du Christ tel qu’il l’a donné; le christianisme, tel qu’il existe aujourd’hui, est bien plus l’œuvre de saint Paul que l’œuvre de Jésus. Cela peut sembler assez étrange aux oreilles de beaucoup, mais pas, j’en suis sûr, à ceux qui ont vraiment étudié la question. Toute la théologie compliquée, toutes les questions difficiles qu’ils ont débattues à ce point dans les conciles de l’Église, tout cela remonte à saint Paul. Ce n’est pas le Christ qui a fait le mystère et le trouble, car le Christ a enseigné une doctrine parfaitement claire, et ce qui a été dit, si on le considère en soi, ne justifie pas une grande partie de ce que l’on trouve en théologie aujourd’hui.

Il ne nous appartient pas de dire que saint Paul s’est trompé dans la ligne qu’il a prise. Mais au moins, là où il [88] semble différer de ce que le Christ a dit, il nous est loisible de suivre l’enseignement du Christ plutôt que celui de Saint Paul. Ce dernier, cependant, n’est pas né en Terre Sainte, mais à Tarse, et il était citoyen romain de droit familial, de sorte qu’il n’était pas aussi imprégné de la tradition juive que saint Pierre. Nous les trouvons parfois en train de débattre de façon acrimonieuse (pour ne pas dire de se disputer) sur divers points, pour savoir si les lois juives doivent être appliquées à tous les convertis chrétiens. Les plus conservateurs des apôtres furent progressivement chassés de leur position dominante, et ils durent laisser entrer des étrangers et reconnaître que l’enseignement du Christ était destiné à tous; mais ils n’y parvinrent que lentement.

Dans le christianisme, nous avons encore une forte touche de cette vieille idée juive. Nous n’en faisons plus une question de nationalité. Nous n’osons pas dire que seuls les Anglais peuvent être sauvés, ni les Français, ni les Italiens; mais beaucoup sont encore enclins à supposer que seuls les chrétiens peuvent être sauvés, et ils fondent cette idée stupide sur un ou deux textes qu’ils ont mal lus. Il est dit plus d’une fois que seul le Nom du Christ peut sauver les hommes ; que les hommes doivent passer par Lui. Mais ces gens ne comprennent pas que la grande idée du Christ est une chose complexe, et qu’elle ne signifie pas toujours le Maître Christ Jésus (le Christ utilisant le corps de Jésus), mais parfois le Christ encore plus grand, le Fils de Dieu, la deuxième personne de la Trinité bénie.

[89] Il est absolument vrai qu’un homme ne peut devenir un avec le Tout-Puissant qu’en devenant d’abord un avec le Christ dans le cœur de l’homme, car le Christ en vous est l’espoir de la gloire, et il n’y a pas d’autre espoir de gloire pour quiconque que de réveiller, d’éveiller, le principe du Christ en lui-même, de ne faire qu’un avec cela, et par cela de s’élever jusqu’au grand Père de tous. Il est certain que seul le Christ permet à l’homme d’échapper à la roue de la naissance et de la mort et d’atteindre le niveau où il ne fait qu’un avec Dieu lui-même. C’est tout à fait vrai, mais cela ne signifie pas, comme on le suppose souvent, que son culte ne doit s’adresser à Dieu que par le biais du nom de l’exotérique Jésus-Christ.

Les hommes ne comprennent pas toujours qu’en ces temps-là, le nom était le pouvoir; faire appel à juste titre au nom d’une déité quelconque, c’était invoquer le pouvoir de cette déité, et c’était donc par le pouvoir du Christ en lui qu’un homme pouvait atteindre le plus haut niveau, et uniquement par cela. Cela ne signifie pas qu’il doit suivre ce chemin terrestre particulier, et se qualifier de chrétien. Nous utilisons le mot « Christ »; un Français ou un Italien prononcerait ce nom différemment. Pensez-vous qu’il serait d’autant plus éloigné du salut qu’il prononce ce nom d’une autre manière? Pensez-vous que parce qu’il a appelé Dieu par un autre titre, Dieu refuserait de répondre? Refuseriez-vous de répondre à l’appel de votre petit enfant parce qu’il ne pourrait pas prononcer votre nom? Alors pourquoi devrions-nous penser que Dieu est bien pire que nous? Toute vraie dévotion vient à Dieu, quel que soit le nom que les gens Lui donnent. Certains L’appellent le bon Dieu, d’autres disent Shiva, d’autres Brahma ou Allah, d’autres encore L’appellent [90] Ahuramazda. Qu’importe? Les prières qui sont dites parviennent à Dieu; le nom qui est employé n’est qu’une forme de mots. Il est très dommage que nous ayons hérité de cette idée que nous, les Chrétiens (pas une nation, cette fois-ci, mais une religion), sommes ceux qui ont été choisis pour être saints, que tous les autres sont des marginaux laissés au mieux à la merci non consentie de Dieu. C’est une forme d’expression qui signifie que la personne qui l’utilise doute fort de trouver la moindre miséricorde.

Il n’est pas nécessaire de prendre cette attitude peu charitable. Même saint Paul, qui était censé être si rigide, n’était pas aussi sectaire que beaucoup de chrétiens modernes. C’est ce que montre la formule spéciale (je ne parle pas ici de l’histoire de l’Église, mais plutôt du résultat d’une enquête clairvoyante) avec laquelle il a fait précéder ses épîtres. Il ne nous reste plus qu’une seule d’entre elles, l’Épître aux Hébreux, et tous les commentateurs et étudiants en sciences bibliques sont tout à fait sûrs que c’est la seule épître que saint Paul n’a pas écrite! Il l’a commencée par une phrase assez remarquable: « Dieu, qui à diverses époques et de diverses manières parla autrefois à nos pères par les prophètes, nous a parlé dans ces derniers jours par son Fils. » Il y a là deux ou trois points à noter. Nous devons mettre de côté l’illusion, si elle persiste encore chez l’un d’entre nous, que le Christ a parlé en anglais; il ne l’a pas fait. Il parlait ce que l’on appelle le koinè, le dialecte du grec parlé par le peuple; pas l’araméen, bien qu’Il doive également l’avoir su, mais bien ce dialecte, quelque peu décomposé par rapport au grec classique. Ce n’est que récemment qu’a été trouvé un grand nombre de nouveaux manuscrits dans ce dialecte. Jusqu’alors, le Nouveau Testament on [91] pensait que c’était le seul livre qui était écrit dans cette langue, mais on sait maintenant que c’était la langue commune d’un grand nombre de personnes. Bien sûr, Il utilisait les idiomes de l’époque, et nous devons vérifier la signification exacte des mots, et ne pas suivre aveuglément ceux qui, avant que l’on sache que c’était la langue commune, ont déformé ses mots pour les adapter à des dogmes préconçus.

L’expression « Dieu a parlé par les prophètes » a été prise pour désigner uniquement les prophètes juifs, ces messieurs lugubres qui ne cessaient d’invectiver les Juifs. Il est possible que ces pauvres juifs aient mérité toutes les choses horribles qui ont été dites à leur sujet, mais en tout cas, cela ne rend pas la lecture agréable ou utile à l’heure actuelle. Il y a des passages magnifiques dans l’Ancien Testament, mais il y a aussi des passages que des éditeurs ultérieurs auraient pu omettre sans perte sérieuse. Le mot prophetai – en grec – ne signifie pas seulement ce que nous entendons aujourd’hui par prophètes. Toute personne qui parle ou prêche est appelée prophète. Lorsque les soldats ont dit, en se moquant du Christ, « Prophétie », ils ne Lui ont pas demandé de prédire les événements futurs; ils voulaient dire « Fait-nous un discours »; le verbe dont il est dérivé signifie « parler à haute voix » et « prédire l’avenir »; ainsi, prophetai équivaut à des prédicateurs et rien de plus. Saint Paul voulait sans aucun doute dire: « Dieu, dans les temps passés, a parlé à nos ancêtres de bien des façons et à bien des moments différents par d’autres prédicateurs, et maintenant, en ces jours, il nous a parlé par son Fils » – par Celui qui est une manifestation spéciale de la puissance divine. Les prédicateurs par lesquels Dieu avait parlé dans le passé étaient le Seigneur Bouddha, Vyasa, Zoroastre, Thot, Orphée – tous les grands hommes qui [92] avaient fondé des religions. Elles aussi étaient toutes des manifestations du même maître puissant; elles aussi étaient des messagers de Dieu, à ces autres époques et à ceux à qui elles étaient envoyées.

Le genre humain diffère, heureusement; ce serait un monde pauvre si nous étions tous pareils. Au cours des étapes successives de l’évolution, et dans divers pays, les hommes ont connu des différences très importantes. A chacun de ces types et de ces classes d’hommes, des religions appropriées ont été prêchées, chacune par son propre prédicateur; mais toutes les religions pointent vers la même règle. Elles enseignent toutes aux hommes exactement la même vie. Elles se distinguent par le nom qu’elles donnent aux choses; mais nous nous devons apprendre que les noms sont des étiquettes externes et n’ont pas d’importance. Toutes de la même manière nous disent que l’homme de bien est désintéressé, charitable, aimable, doux; toutes de la même manière nous disent que les offenses contre d’autres, le meurtre, le vol, les outrages de toutes sortes sur autrui sont les crimes les plus terribles. Leur enseignement est identique, mais elles le mettent sous une forme différente selon ce qui est le plus nécessaire à leur époque. Ainsi, même Saint Paul nous dit que Dieu a parlé à plusieurs reprises à nos pères, qui étaient assurément des Gentils et non des Juifs, et qu’il nous a parlé dans ses derniers jours par cette manifestation spéciale que nous appelons son Fils.

Le christianisme est l’un des grands chemins qui mènent à la montagne de la lumière au sommet de laquelle se trouve Dieu lui-même. C’est l’un des chemins, mais un seul, et si nous avons un certain nombre de personnes tout autour de la base de la montagne, le chemin le plus court vers le sommet pour chaque homme est celui qui s’ouvre devant lui. Il serait insensé d’avoir l’idée que nous devons aller traîner un homme tout autour de la base de la montagne pour le faire monter sur notre chemin particulier.

[93] Nos efforts pour convertir les personnes d’autres religions et modes de culte sont inutiles et présomptueux. L’effort pour amener à la connaissance de Dieu des gens qui ignorent ses voies est une action noble et grandiose; que nous prêchions, par nos actes comme par nos paroles, notre croyance qu’il y a un Dieu et que vivre comme il voudrait que les hommes vivent est le seul moyen sûr de réconfort et de paix – c’est un noble travail; mais essayer de convertir un homme qui est déjà bon dans sa propre ligne pour le rendre bon dans la nôtre n’est pas une chose raisonnable à faire.

Si les membres d’autres religions agissaient comme beaucoup de nos concitoyens et essayaient de nous faire pratiquer leur culte comme ils le font, nous devrions nous dire : « À quoi cela sert-il? Nous avons nos propres méthodes de culte; pourquoi devrions-nous les laisser s’en charger? » Tout cela est le résultat de cette idée folle selon laquelle notre manière est la seule, que notre représentation est la meilleure possible. C’est peut-être la meilleure pour nous, mais pourquoi ne pouvons-nous pas nous rendre compte que la représentation que le même Dieu leur a présentée est peut-être la meilleure pour eux? C’est Dieu et nul autre qui a décrété que ces hommes devaient naître bouddhistes et hindous, alors qu’Il nous a donné des corps chrétiens. Comment se fait-il que nous soyons ici et eux là? C’est par la grande loi qui est l’expression de la volonté de Dieu. Que chaque homme soit donc pleinement persuadé dans son propre esprit; mais que chacun aille son propre chemin, et n’essaie pas d’interférer avec ceux des autres. Tous les chemins mènent au sommet, à condition que la même bonne vie soit menée.

Peu importe les mots avec lesquels un homme exprime sa croyance, il y parviendra certainement. C’est la grande leçon, je pense, de cette manifestation du Christ [94] aux Gentils; les Gentils signifiant simplement les étrangers, ceux qui ne sont pas Juifs. Réalisons alors avec force qu’il existe de nombreuses façons de faire, qu’il ne nous appartient pas de dire qu’une façon de faire est meilleure que l’autre. Celle-ci nous semble sans aucun doute la meilleure – mais ce n’est pas nécessairement le cas pour l’autre homme; et cela est vrai non seulement des grandes religions, mais aussi des sectes.

Il y a trois cents sectes chrétiennes et plus. Elles viennent toutes de Dieu. Nous voyons les avantages de notre méthode particulière, car nous avons constamment fait l’expérience de son aide. Nous, de l’Église catholique libérale, par exemple, nous participons au Saint-Sacrement et nous ressentons le splendide déversement d’amour et de force que nous recevons de cette manière, et nous pensons: « Personne qui ne prend ceci ou ne sent cela ne peut s’entendre aussi bien dans la religion », ce qui est vrai pour nous; mais nous devons essayer de réaliser que beaucoup de ces autres personnes peuvent se tenir sur une ligne différente, et ce qui nous plaît tant peut ne pas plaire à un méthodiste, par exemple. Que chacun suive son propre chemin; que nous lui recommandions par tous les moyens le nôtre, car nous le trouvons si beau, mais en le recommandant ainsi, nous devons toujours faire preuve d’une charité totale, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Nous ne devons pas seulement dire en mots: « Je pense que votre plan est probablement aussi bon que le mien, même s’il différent »; nous devons vraiment ressentir en nous-mêmes que chaque homme a sa propre façon de faire, et qu’il ne nous appartient pas de l’écarter de son chemin pour le mettre sur un autre. Nous ne devons pas avoir le moindre sentiment qu’il n’est pas tout à fait à notre niveau, ce que je pense que nous sommes un peu susceptibles de ressentir si nous ne faisons pas attention. Chaque homme peut être aidé sur sa propre ligne; Juif ou Gentil, qu’importe? La Haute Église, [95] la Basse Église, nous essayons tous de servir Dieu chacun à sa manière, et c’est ce que nous devons apprendre. Nous avons toutes sortes de beaux sentiments en nous; donnons à l’autre homme le mérite d’avoir les mêmes à sa manière. Ainsi, en reconnaissant la paternité de Dieu, nous en viendrons tous à nous sentir comme de véritables frères pour tous nos semblables, et c’est la grande fin et l’air de tout cela, que nous puissions être un dans le Christ, quel que soit le nom que nous lui donnons, comme il est un avec le Père.

Nous savons que l’étoile à l’Est, dont l’éclat à l’Épiphanie, a été prise comme norme et symbole par une société mondiale appelée l’Ordre de l’Étoile en Orient, auquel j’ai déjà fait référence – un Ordre qui demande spécialement à ceux qui le rejoignent de se consacrer à l’effort de se préparer au second Avènement du Christ, afin qu’ils puissent Le connaître quand il viendra et être prêts à offrir leurs services. Cet Ordre n’a pas été fondé à l’occasion de cette fête, mais cinq jours plus tard, le 11 janvier; mais en cet anniversaire, nous pouvons bien le garder à l’esprit. L’objectif de ses membres est également d’essayer, autant que faire se peut, de préparer les autres, d’inciter certaines personnes, au moins au milieu de tous les bouleversements et de toutes les confusions du monde, à prêter attention à cette seconde venue, qui ne sera pas retardée de beaucoup. C’est donc bien que nous y pensions. Ceux d’entre nous qui sont vivement intéressés peuvent bien rejoindre cet Ordre qui existe pour préparer Lur chemin. Il a des branches dans tous les pays du monde; il publie de nombreux opuscules et livres, dont la liste peut être obtenue auprès de son siège, 314 Regent Street, Londres, W. Mais que nous y adhérions ou non, [96] en tout cas réfléchissons clairement et vraiment à ce que nous ferons quand Il viendra.

Prenons à cœur la leçon de l’étoile. Tout au long de l’Avent, nous nous sommes préparés dignement à célébrer la naissance de l’Enfant-Christ, et cela a culminé à Noël, lorsque nous avons pensé à tout ce que cette naissance a signifié pour nous, et que nous avons exprimé notre plus grande reconnaissance pour elle dans toutes ses diverses significations. Aujourd’hui, cette grande fête, qui a lieu douze jours plus tard, a pour but de nous indiquer la traduction de toute cette joie en action. Nous nous sommes préparés pour l’Avènement: nous l’avons célébré; maintenant, que devons-nous faire à son égard? Comment pouvons-nous partager cette joie avec nos semblables? Les trois rois ont été les premiers prédicateurs chrétiens; les premiers à aller proclamer au monde la naissance du nouveau Roi – Roi non pas de provinces et d’armées, mais de cœurs et d’âmes de d’hommes. La légende nous dit qu’ils ont tout abandonné pour prêcher Sa venue. De nos jours, nous ne sommes pas appelés à faire un si grand sacrifice, mais nous devrions certainement consacrer tout le temps et toute l’énergie que nous pouvons consacrer à la diffusion de la bonne nouvelle. Ne laissez aucune affaire mondaine, aucun travail ou ambition mondains s’interposer entre nous et le Seigneur qui viendra soudainement dans Son Temple. Soyons prêts à Le reconnaître et à le suivre, comme le faisaient les Sages d’autrefois, et offrons Lui de tout cœur et de manière approfondie l’or de notre amour, l’encens de notre adoration et la myrrhe de notre abnégation. Ainsi, nous répéterons ces dons d’autrefois à un niveau supérieur et spirituel; ainsi l’Étoile ne brillera pas en vain pour ceux d’entre nous qui se sont qualifiés pour reconnaître Sa Venue.

[97] Il se peut que ce soit très bientôt, il serait donc imprudent de retarder notre préparation. Il y en avait beaucoup avant qui ne savaient rien de Sa venue; tous les grands rois de la terre, tous les hommes riches, tous les gens les plus intellectuels de Grèce, de Rome et d’Égypte n’ont pas du tout prêté attention à Lui. Ses imitateurs, si l’on en croit l’histoire, étaient quelques pauvres pêcheurs, et d’autres comme eux, mais aucun d’entre eux n’était distingué, aucun n’était très instruit, aucun n’occupait une position élevée. Est-ce que ce sera la même chose cette fois-ci? Nous ne le savons pas, mais au moins mettons-nous dans l’attitude qui nous permettra de Le reconnaître. Auparavant, il y avait qu’un précurseur pour annoncer Sa venue; cette fois, il devrait y avoir beaucoup d’entre nous qui tentent de préparer le chemin du Seigneur et de rendre Ses sentiers droits. Il ne peut y avoir de message plus noble que celui-là; il ne peut y avoir rien de plus beau à présenter au monde.

Il a parfois été objecté: « Supposons que nous induisions les gens en erreur; supposons qu’Il décide de ne pas venir tout de suite ». Eh bien, même dans ce cas, avez-vous fait du mal en essayant de préparer les gens à Sa venue? Si, pour une raison connue seulement des conseils du Très-Haut, Il devait reporter Sa venue, se préparer à Le recevoir reste une grande et noble tâche. Nous serons meilleurs et non pires pour avoir essayé de nous mettre dans une attitude de réceptivité à cette puissante influence, et aucun mal ne peut être fait par une telle préparation; tandis que s’Il venait et nous trouvait non préparés, nous devrions cesser de le regretter pendant tous les siècles à venir.

[98] Il a dit lui-même qu’avant qu’il ne revienne, il y aurait beaucoup de confusion et de problèmes dans le monde, que beaucoup devraient courir dans tous les sens et qu’il devrait y avoir de faux Christs qui se lèveraient partout. Il se peut donc que beaucoup de gens ne reconnaissent pas et ne Le suivent pas quand il viendra. En effet, il est certain qu’il y en aura qui, en Son propre nom, refuseront de L’écouter. Ils diront: « Le Christ est venu une fois il y a deux mille ans; nous suivons l’enseignement qu’Il nous a donné alors. Et ainsi, en Son nom propre, et par une certaine loyauté envers Lui, ils ne Le reconnaîtront pas quand Il reviendra.

Qu’il n’en soit pas ainsi avec nous. Tout comme l’étoile s’est levée dans le ciel et a conduit ces trois rois à Bethléem, il en va de même pour l’étoile qui brille devant tous ceux qui veulent bien la voir, même si elle n’est plus un phénomène physique. Si cette étoile était vraiment visible dans le ciel il y a deux mille ans, des millions de personnes ont dû la voir, mais seulement trois l’ont comprise et l’ont suivie. Aucune information n’est donnée dans l’histoire pour savoir si ils furent les seuls à être favorisés par cette vision. On ne peut le dire; mais au moins il est sûr que, pour tous ceux dont les yeux intérieurs sont ouverts, il y a maintenant des indications claires de la nouvelle prochaine venue du même grand Instructeur mondial. Nous pourrions vraiment dire, comme il l’aurait dit lorsqu’il s’est adressé aux Juifs: « Il y en a beaucoup ici qui ne goûteront pas à la mort avant d’avoir vu le Seigneur Christ ». Mais maintenant, au moins, les signes sont clairs; il semble que le moment approche. Soyons [99] prêts pour cela; soyons prêts à recevoir cette grande Épiphanie du Christ. Soyons parmi ces Sages qui ont veillé à Sa venue, qui Le reconnaissent et sont prêts à déposer à ses pieds les dons de leur amour, de leur dévouement et de leur service. Nous avons en effet un évangile à prêcher, tout aussi vrai que les Sages d’autrefois. Veillons à ne pas perdre la magnifique opportunité qui nous est offerte – que nous ne manquions pas à un devoir évident.

Il ne m’appartient pas de prescrire ce que chacun doit faire; chacun fera ce qu’il peut à sa manière. Mais laissez au moins chacun veiller à ce qu’il fasse vraiment quelque chose. Il y a de nombreuses façons de travailler pour l’Étoile, mais voici ce qui est clair: quel que soit le travail actif que nous puissions faire pour elle, nous lui devons au moins ce devoir – celui de devoir vivre pour elle2. Nous qui prêchons l’étoile à autrui, nous devons être nous-mêmes comme des étoiles pour aider à éclairer le monde dans lequel nous évoluons; nous devons essayer, chacun selon ses capacités, de briller et de montrer, dans la pureté, la douceur et la fermeté, la lumière qui est en nous. Ce jour est donc lié à ceux qui l’ont précédé, car nous ne pouvons pas mieux montrer la gloire de l’étoile qu’en perpétuant, tout au long de l’année qui nous attend, l’attitude même de bonté et de fraternité sur laquelle nous nous sommes déjà résolus. Le jour de l’Étoile, laissons sa gloire briller autour de nous, [100] et qu’on se souvienne toujours que c’est avec elle, comme avec toutes les autres bonnes choses, que nous ne recevrons sa bénédiction pleine et entière, dans la proportion que nous sommes capables de la partager avec nos semblables.

1[NdT] Selon Paul Le Cour, Jean, le seul des évangélistes à avoir connu le Christ de son vivant, et peut-être celui qu’Il appréciait le plus parmi ses disciples, était très hellénisant. Le Cour soutien même qu’il ne maîtrisait pas l’hébreu.

2Voir Starlight, de C.W. Leadbeater.


Source: Charles W. Leadbeater: The Hidden Side of Christian Festivals

Cet article a 2 commentaires

  1. KatineotEn

    jackpotjoy
    [url= »https://2-free-slots.com »]vegas slots casino[/url]
    play slots for free online no downloads

Laisser un commentaire