CHAPITRE III: JOUR DE L’AN

[66] Il n’y a pas de raison particulière pour que le 1er janvier soit choisi comme le début d’une année, mais c’est le jour habituellement adopté par toutes les nations qui ont hérité de la grande civilisation romaine. Les hindous et les bouddhistes choisissent un jour tout à fait différent; et, en fait, un jour peut être pris aussi bien qu’un autre, parce que la Terre se déplace constamment dans son orbite autour du soleil, et dans la ligne sans fin de cette ellipse, il n’y a aucune raison de choisir un point comme point de départ plus que tout autre – à moins que ce ne soit l’aphélie, le point où la carte, ayant atteint sa plus grande distance du soleil, tourne et commence son approche.

Le jour de l’an n’est pas, à proprement parler, une fête ecclésiastique européenne; pour nous, dans l’Église, le dimanche de l’Avent est le début de notre année, et le 1er janvier n’est que ce qu’on appelle l’octave de Noël, car nous ne commémorons pas la prétendue circoncision. L’effusion de force liée à certaines de nos fêtes est si importante que nous trouvons qu’elle ne peut être traitée de manière adéquate, et qu’on ne peut en tirer pleinement parti, en un seul jour; et l’Église a donc adopté le projet de consacrer une semaine à ces fêtes. Elle poursuit la célébration jusqu’au huitième jour, qui est appelé l’octave, et tout jour de cette semaine est décrit comme faisant partie de l’octave.

À l’époque médiévale, toutes les affaires s’arrêtaient pour chacune des grandes fêtes ecclésiastiques, et la journée était entièrement consacrée à l’observer dans ce qui était considéré [67] la manière appropriée. Il y a encore quelques pays dans le monde où cela se fait, mais ils ne sont guère à l’avant-garde en ce qui concerne la richesse matérielle et le progrès moderne. La plupart des nations sont bien trop pressées, trop matérielles, trop essoufflées par l’excitation de la course folle à la richesse, pour arrêter ainsi toute leur machinerie à intervalles irréguliers; mais elles ont admis à contrecœur la nécessité d’une pause hebdomadaire dans leurs activités, qui, dans les pays chrétiens, a lieu le dimanche; et ce n’est souvent que ce jour-là que les gens ont le loisir d’assister à un service religieux. Le projet de poursuivre la célébration d’un jour important pendant une semaine garantit qu’au moins un dimanche aura lieu dans sa sphère d’influence, de sorte qu’une occasion de partager dans une certaine mesure sa pluie spéciale sera offerte à chaque membre de l’Église. Ainsi, le jour de l’an, nos pensées sont toujours tournées vers la grande fête de Noël et tout ce qu’elle nous apporte.

Néanmoins, l’Église est toujours prête à saisir toute occasion de la vie civile à laquelle son peuple s’intéresse à juste titre et innocemment, et à lui donner sa bénédiction. C’est pourquoi, le premier jour de la nouvelle année, nous nous réunissons dans la maison de Dieu pour lui rendre un culte et pour participer au grand sacrement qu’il a ordonné. Il n’y a certainement pas de meilleure façon de commencer la nouvelle année que celle-ci. Je sais bien que beaucoup de gens dans nos grandes villes doivent travailler dur, que les vacances sont relativement rares pour eux, et que lorsqu’ils en ont une, ils ont besoin de repos, de changement et d’air frais; pourtant, pour tout cela, je pense que ceux qui se réunissent à l’église pour commencer la nouvelle année en la consacrant à notre Seigneur font bien. Il est bon d’accorder un peu de temps à notre joie pour que nous puissions venir [68] devant Lui et exprimer notre gratitude pour le passé et notre confiance pour l’avenir.

La plupart des personnes qui réfléchissent sérieusement à la nouvelle année la considèrent comme une occasion de prendre de bonnes résolutions, de faire une sorte de bilan mental et moral; elles se remémorent leurs résolutions à l’aube de l’année précédente et doivent généralement constater avec regret qu’il y a eu un certain écart entre les promesses et les résultats. Une telle contemplation est sans doute salutaire; mais il est inutile de perdre du temps en vaines lamentations ou en repentir. Notez l’erreur par tous les moyens, mais ne vous en faites pas; l’un de nos grands maîtres a dit que la seule repentance qui vaille quelque chose est la résolution de ne pas recommencer.

En prenant nos résolutions: pour la nouvelle année, nous, les catholiques libéraux (et donc, je l’espère, les étudiants sérieux du plan divin), devons inévitablement fixer nos yeux sur le but final qui nous est assigné. Nous savons tous qu’il est de notre devoir de progresser; nous savons que nous sommes destinés à nous améliorer en vieillissant. Il existe un schéma d’évolution ruineux dont nous faisons partie. Nous nous soucions tous de Dieu, et c’est vers Dieu que nous devons tous retourner. Les gens se demandent parfois pourquoi, si tel est le cas, tous ces efforts de développement sont nécessaires; si nous étions divins au début, pouvons-nous être plus que divins à la fin? Y a-t-il un réel progrès? Il y en a, car nous sommes venus, pour ainsi dire, d’une nébulosité de Dieu; nous sommes sortis de Lui comme de simples étincelles – bien que divines; nous devons revenir à Lui comme de grandes et glorieuses lumières, comme de véritables soleils rayonnant Sa gloire sur tout ce qui nous entoure, apportant aide et bénédiction à ceux qui croisent notre chemin. Nous retournons vers le même [69] Dieu de qui nous sommes venus, mais nous retournons à Lui à un niveau infiniment plus élevé.

Si nous pouvions imaginer (et cela peut être vrai pour tout ce que nous savons) un schéma selon lequel chaque cellule de notre corps pourrait évoluer personnellement et devenir un homme – devenir l’âme d’un homme – nous ne devrions pas dire qu’en atteignant l’humanité, cette cellule n’avait fait aucun progrès, parce qu’elle avait été une cellule humaine au départ. Nous devrions sentir qu’elle avait fait les progrès les plus stupéfiants, les plus énormes. Ce n’est qu’une analogie, et une analogie approximative; mais il y a une certaine vérité dans cette analogie, car il y a une grande différence entre ce que nous avons été et ce que nous serons, et il se peut que nous ayons été des cellules d’un vêtement divin dans une incarnation ou une manifestation quelconque.

Nous devons retourner à Lui en vérité comme des dieux nous-mêmes. C’est ainsi que les gnostiques ont exprimé l’objet de l’ensemble de cet étrange et puissant évolutif: « Dieu », disaient-ils, « est Amour; mais l’amour lui-même ne peut être rendu opérant que s’il y a ceux sur qui il peut être prodigué et par qui il peut être rendu; c’est pourquoi Dieu lui-même peut s’exprimer plus pleinement, plus parfaitement, lorsque nous nous élevons vers le Divin, lorsqu’il peut déverser sur nous le splendide flux de son amour, et que nous pouvons, à notre petite échelle, le rendre clairement. »

Notre progrès est une nécessité pour la perfection de l’évolution de ce grand système dont nous faisons partie; c’est pourquoi nous devons absolument progresser chaque année, au fur et à mesure, à la fois en termes de connaissances et en tant qu’acteurs. La plupart d’entre nous sont des gens d’affaires et notre temps est entièrement occupé; mais nous ne devons pas penser un seul instant que, pour cette raison [70] nous n’avons pas la possibilité d’évoluer. Dans le cadre de cette activité, nous rencontrons constamment diverses personnes et notre attitude à leur égard est de la plus haute importance. Nous pouvons les traiter avec bienveillance, gentillesse, douceur et bonté, ou nous pouvons les traiter autrement, de manière négligente, égoïste, sans tenir compte de leurs droits et de leurs sentiments. Il est certain qu’en faisant l’une ou l’autre chose, nous nous améliorerons ou nous nous détériorerons nous-mêmes, selon le cas. C’est dans la vie quotidienne que nous avons la plus grande possibilité de changer notre caractère. Un homme m’a avoué qu’il avait mauvais caractère, le regrettant, mais le considérant apparemment comme un fait de la nature qu’il ne pouvait pas modifier. Il semblait le considérer comme une sorte d’animal dangereux qu’il devait garder et dont il devait tirer le meilleur parti possible. Il y a sans doute des hommes qui ont mauvais caractère, qui sont facilement irritables; mais ce n’est pas parce qu’il est naturel pour l’homme d’avoir mauvais caractère, mais parce que dans leur cas, le corps astral ou émotionnel aime l’excitation et le désordre, et est tout à fait disposé à le prendre de cette façon. Ce corps astral a une vie qui lui est propre et, pour ses propres besoins, il pousse l’homme à l’irritabilité. Non pas qu’il soit malin, et qu’il veuille lui faire du mal; il est douteux qu’il connaisse même son existence; mais parce qu’il désire agiter son environnement afin de pouvoir ressentir l’agréable excitation d’une vibration aride et orageuse. Si nous sommes irritables, cela signifie que dans nos vies antérieures, nous nous sommes soumis à cette émotion; nous ne nous sommes pas opposés fermement à elle et avons réalisé que nous avions pour tâche de la maîtriser. Il n’est cependant jamais trop tard pour changer; car dans d’autres vies, nous n’avons pas tout à fait compris notre pouvoir de dominer l’émotion, la [71] chose a une certaine (peut-être une très forte) emprise sur nous, mais il n’y a aucune raison pour que nous ne commencions pas tout de suite à essayer de la saisir.

Nous devrons le faire un jour ou l’autre, car tant que nous ne l’aurons pas fait, nous ne pourrons jamais atteindre ce que Dieu veut que nous attaignons. Si nous avons cultivé une certaine habitude (une mauvaise habitude, peut-être) depuis environ vingt mille ans au cours de plusieurs vies antérieures, il faudra un certain temps pour briser cette habitude, être à l’origine de l’élan qui s’est créé; nous pouvons tomber cent fois, mais nous devrions nous rappeler qu’il y a exactement la même raison de se relever et de continuer à la fin du centième échec qu’au début. Puisque la raison reste exactement la même, en tant que personnes sensées, nous devons nous lever et continuer. Il est inutile de s’asseoir et de dire que nous avons essayé tant de fois, mais que nous ne pouvons pas le faire. Nous devons le faire; d’autres l’ont fait, donc nous pouvons le faire; ce n’est qu’une question de détermination et de persévérance.

Permettez-moi d’expliquer pourquoi il est certain que nous pouvons réussir en fin de compte. Quelle que soit la force qu’une habitude a générée, elle doit être limitée. Bien qu’elle ait eu beaucoup de temps pour acquérir cette force, elle ne peut pas avoir gagné une quantité infinie. Ce que nous devons combattre, par conséquent, c’est un certain amollissement de la force. Nous ne savons pas combien il en reste; il peut en rester beaucoup, ou nos efforts pour le conquérir peuvent l’avoir tellement réduit que nous pouvons être le fer de lance du succès. Nous sommes dans la position d’une personne qui essaie de creuser son chemin pour sortir de prison – elle ne sait jamais à quel moment le dernier coup de pioche peut lui ouvrir la voie [72] et lui donner la promesse de la liberté, mais il sait que ce moment doit venir s’il persiste suffisamment longtemps. Cette conquête du mal est parfaitement possible. Elle peut être faite, et elle sera faite. La question est seulement de savoir combien de temps nous allons la laisser nous prendre.

Quelles résolutions allons-nous donc nous imposer pour la nouvelle année? Cela semble être un fait suggestif que, comme je l’ai déjà dit, le jour de l’an est l’octave de Noël; il se pourrait donc que l’une des résolutions soit que nous essayions de perpétuer l’esprit de Noël tout au long de l’année.

Si, pendant la période de Noël, nous avons été plus gentils, plus disposés à aider, plus amicaux, plus prêts à voir le meilleur et non le pire en tout, continuons en adoptant la même attitude tout au long de l’année. Ayons les mêmes sentiments, la même élévation, la même prise de conscience. Je pense qu’il nous semble souvent que nous sommes tout à fait disposés à être fraternels, mais que d’autres personnes ne vont pas faire l’autre moitié du chemin. Or si cela se passe ainsi, ça ne modifie notre devoir; il faut deux personnes pour se disputer, aussi devons-nous continuer dans notre sentiment fraternel; si l’autre pauvre homme ne le comprend pas et ne nous le rend pas, c’est exclusivement son affaire. C’est malheureux pour lui, mais cela ne nous fait pas vraiment de mal, comme nous le verrons si nous y réfléchissons bien.

Nous devrions toujours nous rappeler qu’aucun mal ne peut nous arriver, sauf de nous-mêmes. D’autres personnes peuvent nous dire des choses offensantes à notre égard ou à propos de nous; elles peuvent nous attaquer de diverses manières; mais, après tout, cela ne doit faire aucune différence pour nos sentiments, à moins que nous aimions le laisser faire. Que sont les mots? Ce sont seulement des vibrations de l’air. Si nous n’avons jamais entendu parler de ce que l’autre homme [73] a dit, nous ne devrions pas être le moins du monde dérangés par cette situation; mais parce que nous en entendons parler, nous nous excitons indûment et nous nous sentons offensés et blessés. Pensez aux faits tels qu’ils sont réellement. Quelqu’un vous calomnie; il a joué le rôle du diable, car le diable est l’accusateur des frères; il a répandu sa goutte de venin et fait de son mieux pour empoisonner l’air doux de Dieu; mais si vous n’entendez rien de tout cela, vous vous en allez sereinement; son crime méprisable vous laisse parfaitement indifférent. Mais si vous entendez parler du mensonge, vous êtes troublé. Le méchant n’a rien fait de plus qu’auparavant, alors que vous étiez tranquille et à l’aise; le changement est en vous, et l’erreur que vous avez commise est de vous permettre de vous souvenir et de ruminer une faute qui devrait être oubliée.

Le Seigneur Bouddha a enseigné que la mémoire juste est l’une des étapes de la noble voie octuple qui mène à la félicité. Chacune de ces étapes comporte de nombreuses interprétations à différents niveaux de pensée; mais dans le cas de celle-ci, la signification directe est que nous devons savoir ce dont nous devons nous souvenir et ce que nous devons oublier. La théorie est que l’on devrait être capable de contrôler sa mémoire, de se souvenir de ce qui est agréable et utile, et d’oublier ce qui est inutile, et ce qui n’est pas utile. Vraiment oublier; faire comme si la méchante diffamation n’avait jamais été prononcée, ou comme si nous l’avions entendue. C’est une tâche difficile.

Non pas parce que le vrai moi, l’âme, souhaite ré-adhérer à une telle abomination, mais parce que le corps astral, un des véhicules que nous sommes censés avoir contrôlés, aime un peu d’excitation et essaie de maintenir une atmosphère orageuse. Nous devons reconnaître ce fait, regarder calmement ce véhicule de résistance, et dire: [74] « Non, je ne vous permettrai pas de bouleverser mes dispositions. J’ai l’intention de garder la nouvelle année aussi libre que possible de vos petites interférences. Je refuse d’être ennuyer parce qu’un homme ignorant a fait des déclarations atroces et insensées » Les hommes ignorants font toujours des déclarations insensées dans le monde entier, et cela n’a pas d’importance, sauf pour eux, car cela leur fait subir un karma extrêmement mauvais.

Faisons de ce Nouvel An un long Noël, afin que le Christ puisse vraiment naître dans nos cœurs, afin que nous ne nous sentions plus jamais non chrétiens. C’est un idéal élevé à nous proposer, et bien sûr, nous l’oublierons parfois. Mais continuons et persévérons jusqu’à ce que nous puissions le faire. C’est censé être une caractéristique de notre race que de s’accrocher avec ténacité à tout ce que nous avons entrepris jusqu’à ce que nous l’ayons mené à bien. Montrons ce caractère dans la religion comme sur le champ de bataille, dans le sport et dans le commerce. Montrons-le dans la vie réelle qui se trouve derrière, ainsi que dans celle du monde extérieur.

Tout au long de l’année qui s’ouvre devant nous, essayons sincèrement de tout prendre dans l’esprit le plus heureux et le plus gentil – essayons de ne pas nous quereller, de ne pas nous offenser, de faire de cette année une véritable année de fraternité. La majorité des gens vivent aujourd’hui dans une atmosphère de perpétuelle incompréhension des autres, parce qu’ils attribuent toujours aux gens des motifs pour ce qu’ils font et disent. C’est une grande erreur de traverser la vie en supposant que tous ceux qui nous entourent pensent constamment à nous, et que tout ce qu’ils font ou disent est définitivement calculé d’une certaine manière par rapport à nous. La situation est tout-à-fait différente; chaque personne regarde généralement son environnement de son [75] propre point de vue, et ses pensées, ses paroles et ses actions sont susceptibles d’être, sinon exactement égoïstes, en tout cas égocentriques. C’est pourquoi, en lui attribuant des motifs, nous lui faisons souvent gravement tort; et nous le faisons parce que nous avons cultivé l’esprit de discrimination au détriment du sens de la sympathie et de la synthèse, la sagesse intuitive. L’intellect discriminant est une belle chose sur son chemin, et je ne veux pas dire que nous en avons trop, ou que nous ne devrions pas le développer; mais nous nous trompons souvent sur sa portée, et nous exagérons tellement sa valeur que nous ne laissons pas de place à des facultés incontestablement plus élevées.

Faisons donc en sorte que notre règle soit de rechercher les points d’accord plutôt que de désaccord, de chercher des perles plutôt que des défauts, d’essayer de trouver chez nos frères les qualités que nous aimons, plutôt que de mettre trop l’accent sur celles que nous n’aimons pas. Faisons de chaque année une année de fraternité, de sympathie et de compréhension mutuelle, car ce faisant, nous ferons tout pour que ce soit une année heureuse, non seulement pour nous, mais aussi pour les autres autour de nous.

Il semble que le besoin de telles résolutions soit encore plus important que d’habitude à cette époque de l’histoire du monde. Quatre nouvelles années se sont écoulées récemment, au cours desquelles nous n’avons ressenti que peu de joie, car nous étions en pleine guerre mondiale, et il n’y avait pas grand-chose pour encourager notre ferme conviction que tout doit finalement aller bien. Certains d’entre nous savaient qu’à la fin, tout irait bien, mais pour ceux qui ne le savaient pas, les perspectives devaient souvent sembler sombres et incertaines. Soudain, de façon dramatique, la fin de ce conflit est arrivée; c’est une chose dont nous pouvons être reconnaissants, et quand nous voyons ce qui s’est passé, alors [76] nous avons certainement de bonnes raisons non seulement d’être reconnaissants envers notre Seigneur, mais aussi d’avoir confiance en Lui, car l’avenir aussi sera difficile, et même si parfois des nuages sombres se lèvent, la lumière de Sa gloire finira toujours par triompher d’eux, et des progrès seront accomplis, car telle est Sa volonté, et à la longue, Sa volonté est faite sur la terre comme au ciel. Nous avons donc de bonnes raisons d’envisager l’avenir avec confiance et avec bonheur.

Pourtant, n’oubliez pas que si une victoire glorieuse était remportée, si nous recevions ainsi de grands encouragements, une grave responsabilité nous était ainsi confiée. Il existe aujourd’hui une possibilité inégalée de réarrangement de nombreuses manières différentes. Ces années qui précèdent immédiatement le début d’une nouvelle ère – une ère, je l’espère, dans laquelle les hommes apprendront à être moins mesquins et moins égoïstes, à avoir une vision plus large, à agir non pas pour soi seul (ni même pour ce soi magnifié qu’on appelle une union, un ensemble de personnes appartenant toutes à un même métier ou à une même entreprise) mais pour la communauté dans son ensemble; non pas pour une classe ou un parti, mais pour tous.

Une grande partie du succès de cet avenir, la mesure dans laquelle les hommes saisiront cette opportunité qui se présente à nous, dépendra de la façon dont nous pensons, parlons et agissons. Peut-être que peu d’entre nous ont une influence directe; celle-ci est entre les mains des hommes politiques et des chefs de parti. Mais ces personnes, après tout, sont choisies par nous parmi d’autres. Nous avons quelque chose à dire en la matière, et nous pouvons user de notre influence, non seulement par le vote, mais aussi par la parole et les actes, par la persuasion et l’exemple. Nous pouvons apprendre le désintéressement pour nous-mêmes, et le fait même que nous le vivons (autant que nous le pouvons) et le prêchons, donnera à nos paroles un grand poids [77] autour de nous. Chacun d’entre nous a quelqu’un qui l’admire, quelqu’un qui prend note de ce qu’il dit ou fait. Quelle que soit l’influence que nous avons, essayons très certainement, pendant ces années de reconstruction, de l’utiliser du côté de la fraternité, de l’utiliser pour la compréhension et l’estime mutuelles.

Il existe des milliers de points de vue différents; il y a des gens dont les idées, sur presque tous les sujets auxquels nous pouvons penser, sont très différentes des nôtres. L’instinct naturel de l’humanité semble être de se méfier de ces personnes et de ne pas les aimer; et chez les ignorants et les personnes sans éducation, ce sentiment de méfiance et d’aversion se transforme souvent en haine absolue. C’est ainsi que naît l’horrible chose que nous appelons la conscience de classe, lorsqu’une classe est en proie à des préjugés aveugles contre une autre classe. Nous ne pouvons pas douter qu’il y ait eu dans le passé des raisons pour qu’une classe se méfie de l’autre; l’histoire le montre. Chacune a été égoïste, chacune n’a travaillé que pour elle-même. Essayons de voir jusqu’où il est possible de coopérer maintenant et d’inciter les autres à travailler à la coopération.

Le système de désunion, le système de querelles perpétuelles, d’incompréhension et de suspicion a été essayé pendant des siècles, et n’a pas connu de succès notable. Essayons maintenant de nous faire un peu plus confiance, de donner à chacun le crédit de la bonne intention que nous savons avoir nous-mêmes. Chaque homme est globalement bien intentionné; il pense d’abord à lui-même, certes, bien que souvent il pense à sa femme et à ses enfants ainsi qu’à lui-même, mais si on lui présente des faits, il est généralement disposé à agir de manière raisonnable et rationnelle. Dans de nombreux cas, les faits ne lui sont pas présentés; il [78] n’obtient qu’une distorsion de la vérité, et à cause de cela il acquiert la ferme conviction que tout le monde monte son groupe contre lui, ou essaie de le monter d’une manière ou d’une autre, et le résultat est que de toute cette confusion, la suspicion et la haine naissent, et l’accord devient presque impossible.

Efforçons-nous, dans la mesure du possible, de tendre vers l’unité et le progrès mutuel. Si seulement les hommes se comprenaient les uns les autres, il y aurait peu de différences de cette nature sauvage. Bien sûr, comme aujourd’hui, il y aurait beaucoup de différences d’opinion, mais pas de différences qui conduisent à la méfiance. Un grand Français a dit un jour: « Tout comprendre, c’est tout pardonner! »; « Tout supporter, c’est pardonner à tous! »; nous voyons un homme faire quelque chose qui nous semble très affreux, tout à fait inconvenant, dangereux peut-être pour nous-mêmes ou pour les autres. Si nous comprenions exactement pourquoi cet homme a fait cette chose, si nous pouvions voir l’action telle qu’il la voit, nous ne serions peut-être pas du tout d’accord avec lui, mais nous devrions au moins le comprendre et lui pardonner. C’est parce que nous ne prenons pas la peine de nous comprendre que tant de souffrance arrive dans ce monde. Si chacun essayait de se mettre à la place de l’autre, comme un frère devrait le faire, nous devrions pouvoir nous en accommoder. Nous pourrions encore nous éloigner de lui, mais nous devrions nous rencontrer et discuter avec lui dans un esprit totalement différent – dans un esprit qui rendrait possible le compromis; dans un esprit qui nous permettrait d’arriver à une certaine compréhension, d’avoir une certaine compréhension mutuelle, afin de pouvoir vivre ensemble comme des frères, et non comme des animaux voraces essayant de se déchirer l’un l’autre.

[79] Que ce soit l’une de nos pensées du Nouvel An: l’amour fraternel et la compréhension mutuelle. Essayons de comprendre; alors nous serons capables de pardonner, et souvent d’aider. Un des vieux livres juifs raconte qu’un jour, Abraham, alors qu’il campait dans le désert, a été accosté tard dans la nuit par un vieil homme qui lui a demandé de l’aide pour se loger et se nourrir. Bien sûr, il le reçut immédiatement, comme les hommes le font dans ces pays primitifs, mais lorsqu’ils vinrent s’asseoir pour manger, l’étranger refusa de se joindre à lui dans sa petite grâce action de grâce à Dieu; et Abraham, se levant avec colère, chassa l’homme sans nourriture ni repos, disant qu’il n’aurait pas dans sa tente quelqu’un qui ne croyait pas en Dieu. Mais cette même nuit, Dieu vint en vision à Abraham et lui dit : « Où est l’étranger que j’ai envoyé pour être ton hôte ? » Et Abraham répondit dans la confusion : « Seigneur, il n’a pas cru en Toi; il a refusé de rendre grâce; alors je l’ai chassé dans la nuit. Mais Dieu dit: « J’ai supporté cet homme pendant soixante-dix ans; ne pourrais-tu pas le supporter pendant une nuit? » Dieu nous supporte tous. Nous ne pouvons pas encore comprendre comme Lui, mais au moins nous pouvons essayer; et soyez très sûrs que plus nous nous approchons de la compréhension et de la tolérance, plus nous nous approchons de Lui et de Son Esprit.

Que chaque nouvelle année qui s’ouvre devant nous soit donc une année d’amour fraternel et de compréhension mutuelle. Apprenons à coopérer avec d’autres personnes, et nous aurons déjà accompli un long pas sur le chemin de l’unité finale. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons espérer une nouvelle année vraiment heureuse; cela ne signifie pas une année sans aucune peine, sans aucun nuage, car cela [80] ne peuvent pas être, et ne seraient peut-être pas non plus vraiment heureux pour nous; mais une année où nous nous rapprocherons toujours plus de Dieu, Lui qui nous donne cette opportunité.


Source: Charles W. Leadbeater: The Hidden Side of Christian Festivals

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire