CHAPITRE VIII: PÂQUES

[179] Les fêtes de l’Église sont divisées en plusieurs classes selon leur importance. Comme je l’ai déjà expliqué, toutes les grandes fêtes ont ce que l’on appelle une octave, c’est-à-dire qu’elles sont célébrées pendant toute la semaine et que le huitième jour est pratiquement une répétition de la fête. Pâques est la plus grande de toutes, si grande que sa célébration dure encore plus longtemps, et en son honneur nous gardons les quarante grands jours, qui se prolongent jusqu’au moment de l’Ascension; et pendant cette période nous brûlons le cierge pascal pour indiquer que tout cela fait partie de la fête la plus splendide de l’année chrétienne.

Le mot « Easter » (Pâques) est dérivé de Eostre, qui est le nom de la déesse anglo-saxonne du printemps; il y a une autre dérivation au-delà de cela, car Eostre n’est qu’une autre forme d’Ishtar, d’Ashtaroth ou Astarte, la Reine du Ciel, et ces dernières formes, si nous remontons loin en arrière, viennent du sanskrit Us, qui signifie lumière; le mot d’où provient le titre Ushas, les vierges de l’aube [the dawn maidens] des Védas. Par conséquent, Pâques est fondamentalement la grande fête de la lumière – du réveil de la Lumière du monde.

Toute la symbologie de nos centres d’évolution tourne autour de la fontaine et de l’origine de cette évolution – la déité solaire, qui dans la philosophie grecque était appelée le Logos de notre système. Logos signifie « Verbe » [Word]; c’est le terme grec utilisé dans le texte le plus connu et le plus beau: « Au commencement était le Verbe [Word], [180] et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. » Essayons de comprendre un peu ce que ces mots signifiaient pour leur auteur. La croyance chrétienne moderne est devenue en grande partie matérielle et non philosophique principalement, comme je l’ai dit, en raison de sa confusion la plus malheureuse et la plus persistante entre la divinité tribale juive très personnelle Jéhovah et la Cause première suprême de tous. Ceux qui s’accrochent à cette confusion illogique pensent que Dieu est un Père, mais un Père sauvage et tyrannique, jaloux et cruel au-delà de toute expérience terrestre, qui a créé capricieusement un Homme sain et un autre plein de maladies dès sa naissance, jeté un Homme à la naissance dans le giron de l’abondance et un autre dans la misère noire, et il a fait en sorte que l’un ou l’autre de ces Hommes, ou les deux, soient soumis à une torture éternelle après leur mort s’ils ne veulent pas faire violence à l’intellect dont il les a frappés, en prétendant croire à certaines histoires incroyables.

Il est vrai que personne ne peut comprendre Dieu, mais nous pouvons au moins avoir une conception plus intelligente de Lui, et le premier pas vers une telle conception est de reconnaître qu’Il a de nombreuses manifestations. De l’absolu, de l’infini, de l’universel, nous ne pouvons rien savoir à ce stade, si ce n’est qu’Il est; nous ne pouvons rien dire qui ne soit une limitation, et dès lors imprécis. Mais en Lui se trouvent d’innombrables univers; dans chaque univers des millions de systèmes solaires. Chaque système solaire est l’expression d’un Être puissant que nous appelons la Déité solaire, le Logos, le Verbe ou l’expression de ce Dieu infini. Cette Déité Solaire est pour Son système tout ce que les hommes entendent par le titre de Dieu. Il l’imprègne; il n’y a rien en lui qui ne soit [181] Lui; Il se manifeste de telle manière que nous puissions le voir. Pourtant, il existe au-dessus et en dehors de cette manière, vivant une vie extraordinaire parmi ses pairs. Comme il est dit dans une écriture sainte plus ancienne que la nôtre: « Ayant bâti tout cet univers avec un seul fragment de moi-même, je demeure. »

Cette divinité solaire a appelé ce puissant système à l’existence. Nous qui y sommes, nous sommes des fragments évolutifs de Sa Vie, des étincelles de Son Feu divin; de Lui, nous sommes tous venus; dans Lui, nous reviendrons tous. Il se déverse dans la matière, et souffre donc véritablement d’une éclipse, d’une crucifixion, d’une mort, puis se relève de cette matière afin que nous, l’humanité, puissions être. Toute la vie du système solaire vient de Lui, et par conséquent, ceux qui souhaitent accomplir ce qu’Il a indiqué pour nous, ceux qui souhaitent devenir sages, devenir des initiés, doivent suivre ses traces et se développer comme il l’a fait. Toutes les religions anciennes ont repris ces idées et les ont tissées en de magnifiques symboles, différents selon la religion, la race et le peuple; et ce même symbolisme, qui indique et décrit la vie de l’Initié en termes de vie du Dieu Soleil, existe ici dans notre Église chrétienne, et se manifeste au cours de notre Année chrétienne.

La première moitié de cette année (de l’Avent et de Noël jusqu’au dimanche de la Trinité) est pour ainsi dire la partie active et mouvementée de la vie solaire; les six mois suivants sont consacrés à la pratique et à la préservation de ce que nous avons appris, de sorte que nous passons dans les eaux relativement calmes des dimanches après la Trinité, où tout se déroule assez tranquillement avec seulement quelques grandes fêtes occasionnelles, dont aucune n’est [182] connectée avec la vie historique du Christ, qui est aussi la vie du Dieu-Soleil. Dans toutes les religions, le Dieu-Soleil naît toujours au milieu de l’hiver, directement après le jour le plus court, à minuit le 24 décembre, lorsque la constellation de la Vierge se trouve à l’horizon. On dit donc qu’il est né de la Vierge; et pourtant après la naissance, lorsque le soleil s’est levé dans les cieux, la Vierge reste toujours l’immaculée et céleste Vierge. Nous y voyons un éclairage secondaire sur l’histoire de l’Immaculée Conception qui apparaît non seulement dans notre religion mais aussi dans de nombreuses autres religions plus anciennes.

Le Dieu-Soleil renaît, car le jour le plus court à la latitude nord est passé; pendant des mois, les jours n’ont cessé de raccourcir, comme s’Il était vaincus par les pouvoirs des ténèbres; mais maintenant cette diminution est vaincue, et Il commence à réaffirmer ses pouvoirs, et la nuit cède lentement devant Lui. Il lui reste à traverser les tempêtes et les tribulations de l’hiver; et c’est pourquoi la vie du Dieu-Soleil dans toutes les religions est toujours entourée d’ennuis, de tristesse et de difficultés. Krishna a beaucoup souffert de la persécution et a dû être caché parmi les vachers quand il était enfant, parce que le roi cherchait à attenter à sa vie; le Seigneur Jésus a été assailli par Hérode, qui a tenté de le tuer; dans toutes les histoires de la vie du Christ, dans toutes les religions, on retrouve le même fil conducteur. Osiris lui-même, des milliers d’années auparavant, a été mis en pièces et détruit par Seth, et ce n’est qu’après qu’il a été rassemblé et ressuscité. Dans l’Égypte ancienne, le peuple pleurait la mort d’Osiris, tout comme certains chrétiens pleurent aujourd’hui la mort du Christ le Vendredi Saint, et puis se réjouissaient [183] de la grande fête du rassemblement, du rassemblement de ce qui avait été séparé, tout comme nous nous réjouissons maintenant à Pâques. Ces anciennes religions enseignaient les mêmes vérités que celles que nous enseignons aujourd’hui; la vérité est une, bien qu’elle soit multiple, et les présentations de l’époque n’étaient pas du tout différentes de celles qui nous sont présentées aujourd’hui.

Les tempêtes et les tribulations de l’hiver sont grandes, mais le Dieu-Soleil y survit, et sa force ne cesse de croître à mesure que les jours s’allongent vers l’équinoxe de printemps. À cet équinoxe, comme son nom l’indique, le jour et la nuit sont exactement égaux partout dans le monde; et après cet équinoxe, le soleil franchit la ligne, de sorte que dans l’hémisphère nord, les jours s’allongent régulièrement et la victoire du Dieu-Soleil sur la nuit est assurée. Il se lève triomphalement sur la ligne et monte – dans les cieux, faisant mûrir le maïs et le raisin, y versant Sa Vie pour en faire leur substance, et par eux se donnant à Ses adorateurs.

Chacun de nous devra à son tour subir la souffrance symbolisée par la croix; chacun de nous doit apprendre à se livrer totalement pour les autres; mais aussi pour chacun de nous, c’est la gloire de Pâques, la résurrection, la victoire, le triomphe sur la matière.

Cela reste toujours et glorieusement vrai. La victoire que l’homme remporte sur la nature inférieure est une chose qui doit être réalisée dans la vie de tout homme chrétien. Il doit arriver dans sa vie un moment où il triomphe enfin de la matière inférieure et s’élève des ténèbres du péché et de l’ignorance vers la lumière de la sagesse et la vie plus élevée et plus pure. Ainsi, Pâques n’est pas seulement la commémoration [184] de quelque chose de très éloigné dans le passé; c’est un véritable jour de fête et de reconnaissance pour la victoire que l’Homme a remportée, remporte et remportera à travers les âges sur ce qui est inférieur, ce qui est moins développé. En chacun de nous, il y a l’étincelle divine. Le Christ a dit: « Vous êtes des dieux, vous êtes tous les enfants du Très-Haut. » En chacun de nous, cette étincelle divine est le vrai Homme, et cette étincelle se manifeste dans des plans inférieurs de l’âme de l’Homme, dans l’ego; et cela ramène à des niveaux encore plus bas la personnalité, qui est ce que nous reconnaissons ici comme le moi. Nous ne sommes qu’un minuscule fragment d’un fragment de la magnifique réalité. Ce que nous nous voyons être ici-bas est comme la graine de la gloire future, mais chacun de nous est aussi une âme; plus que cela, chacun est un esprit, l’étincelle divine, qui se dévoile lentement, lentement, développant lentement les qualités à travers lesquelles il peut se montrer, afin que l’Homme puisse le connaître pour ce qu’Il est. À l’heure actuelle, l’étincelle brûle bas; à l’heure actuelle, nous ne sommes qu’au début de la partie supérieure de notre évolution. Nous avons déjà remporté une grande victoire en ce sens que nous sommes ici en tant qu’Hommes, nous dont la vie est passée, dans des temps révolus, par tous les stades inférieurs, les royaumes du minéral, du végétal, du sang, de l’animal. Nous avons atteint l’humanité, nous avons rejoint le Père et nous avons développé l’âme; mais cette âme doit à son tour croître et s’étendre. Tout comme la personnalité doit devenir une avec cette âme, cette âme doit à son tour devenir une avec l’étincelle divine qu’elle représente, puis plus tard encore l’étincelle divine revient dans la flamme dont elle fait partie, et Dieu est tout en tout.

[185] Chaque étape de ce progrès est une victoire; chaque étape de ce progrès est vraiment une résurrection, une montée du bas vers le haut. La vie du Christ est une sorte de vie de chacun de ses disciples. Comme je l’ai dit, nous aussi, nous passons par ces étapes, ces pas, ces initiations par lesquelles le Christ est passé. Nous devons souffrir avec Lui toute la tristesse et la douleur de cette dernière semaine, une véritable crucifixion de tout ce qui semble à l’Homme méritoire d’avoir; mais celui qui persévère jusqu’à la fin, celui qui passe cette épreuve comme il se doit, pour lui la gloire de Pâques doit être aussi révélée, lui aussi gagnera la victoire qui le rendra plus que l’Homme, qui l’élèvera au niveau de l’Esprit du Christ. Cette victoire est pour chacun d’entre nous, et lorsque nous remercions Dieu pour la fête de Pâques, nous Le remercions pour cette magnifique possibilité, et aussi pour la façon dont beaucoup l’ont déjà compris. Il est vrai que nous n’en voyons que peu, car les personnes qui s’élèvent à une telle hauteur s’éloignent quelque peu de la vie ordinaire des Hommes, et doivent nécessairement le faire. Leurs objectifs sont tellement différents de ceux de la plupart d’entre nous que toute leur vie doit être différente aussi. C’est en effet difficile pour eux lorsque leur sort est encore jeté dans l’occupation du monde. Il y a ceux qui, ayant atteint ce rang, ont encore besoin de l’aide des autres pour travailler ici sur Terre, mais leur vie est une vie de tension énorme, de très grande épreuve à bien des égards. Ce ne peut être une vie de bonheur au sens ordinaire du terme, bien qu’elle soit toujours une vie de bonheur spirituel et intérieur, car il y a une joie que rien de terrestre ne peut toucher. Aucune difficulté, aucune douleur, aucune souffrance ici-bas ne peut affecter l’union avec Dieu que ces hommes ont [186] atteint. Ainsi, même si leur vie ici-bas doit être une vie de tension, de stress et de lutte, la gloire est tellement plus grande qu’aucun mot ne pourra jamais l’exprimer – que cette petite affliction, qui n’est que pour un instant, pèse pour eux comme rien d’autre que le poids bien plus grand de la gloire.

C’est donc de cette possibilité dont nous remercions Dieu, et comme je l’ai dit, nous Le remercions également pour le fait que de nombreuses personnes ont atteint cet éveil, nous montrant que cela est possible pour nous tous. Je crains que, parfois, lorsque l’un des grands saints et des puissants Anges se présente devant nous, tout nous semble inaccessible. impossible. Nous nous disons peut-être: « Oui, c’est très bien quand on arrive à cette hauteur; mais qu’en est-il de nous qui semblons si loin en arrière? » Pourtant, tous ceux qui peuvent voir les niveaux supérieurs voient les marches de l’échelle de la vie au-dessus et au-dessous de nous s’accordent à nous dire qu’ils voient des Hommes se tenir sur chacune de ces marches, et que ceux qui sont maintenant si loin au-dessus de nous que dans leur connaissance et leur pouvoir ils nous apparaissent comme des dieux, nous disent qu’il n’y a pas si longtemps ils se tenaient là où nous nous tenons, et que nous, si nous persévérons, nous nous tiendrons sans aucun doute ou questionnement là où ils se tiennent maintenant.

« Si le Christ est ressuscité, alors nous ressusciterons aussi » était l’argument d’autrefois, et cela demeure vrai à bien des égards; et tout particulièrement par rapport au symbole dont je parle.

Parce qu’Il a vaincu le mal, parce qu’Il s’est élevé au-dessus de la matière, d’autres ont pu Le suivre et accomplir la même grande œuvre; et parce qu’ils l’ont fait, nous le ferons aussi. Pâques est une magnifique réalité pour chacun d’entre nous, tout comme elle l’était [187] pour Lui. À Noël, nous chantons non seulement la commémoration de la victoire de la naissance du Christ (même sous l’une de ses nombreuses formes symboliques), mais nous chantons aussi une possibilité personnelle. Ce n’était pas une façon de parler lorsque nous disions: « Un enfant nous est né, un Fils nous est donné. » La possibilité est pour nous, pour chacun d’entre nous, et nous devrions sentir qu’avec la gloire de la résurrection à Pâques, le triomphe puissant du bien sur le mal est une réalité absolue et réelle pour chaque individu. Ce n’est pas une chose lointaine et hors de portée, qui peut ou non nous refaire sa gloire, mais un pas réel et définitif que chaque individu, ici et ailleurs, fera dans l’avenir, une chose réelle que nous pouvons mettre devant nous avec la certitude que nous pouvons la gagner.

Certains l’obtiendront relativement rapidement, d’autres seront plus lents à s’élever; cela est en notre pouvoir. Nous pouvons nous hâter ou retarder notre voyage vers ce but glorieux, mais nous ne pouvons pas nous écarter du chemin pour toujours. Nous ne pouvons pas empêcher notre victoire finale, quoi que nous fassions. Il y a des Hommes qui sont ce que nous appelons des méchants, ce qui signifie qu’ils se sont égarés loin du chemin direct vers Dieu. Ils sont méchants parce qu’ils sont insensés et ignorants, parce qu’ils ne tiennent pas debout; mais quelle que soit la distance qui les sépare du grand chemin, ils y retourneront, car c’est ce que Dieu a voulu pour eux depuis le début. Ils peuvent tourner le dos à la Lumière; ils peuvent retarder leur progrès, mais la pression de cette volonté définie les ramènera tôt ou tard sur le chemin, et ceux qui sont maintenant ignorants doivent apprendre la vérité de Dieu. Ceux qui sont assis dans les ténèbres, la lumière brillera sur eux; ceux qui se sentent [188] présents dans le jardin de Gethsémani, ceux qui se sentent souffrir un véritable crucifixion – pour eux aussi et inévitablement viendra la gloire de la victoire de Pâques, le triomphe final absolu du bien sur le mal.

Dans Sa Résurrection réside le plus sérieux de nous-mêmes. Parce que le Logos lui-même est entré dans la matière, a triomphé et en est ressorti; parce que le Christ, le grand Instructeur du monde, est passé par cette expérience aussi, il est certain pour chacun d’entre nous que lorsque notre temps sera venu de supporter cette souffrance et cette crucifixion, elle nous conduira, comme elle L’a conduit, à la gloire supérieure de la résurrection et au triomphe final – un triomphe qui est final parce qu’il est basé sur la connaissance. L’Initié sait que là où il croit, la matière ne pourra plus jamais le conquérir, lui qui a appris que tout, matière et esprit confondus, fait également partie de Dieu, et est également inclus dans le plan divin qui nous conduit à cette glorieuse victoire. Car la victoire est de devenir un avec Lui – un avec Celui qui est Tout en Tout. C’est donc une victoire éternelle; elle est donc pour toujours; il ne peut donc y avoir aucun doute et aucune hésitation, car c’est lorsque nous sommes un avec Lui que nous savons. Alors nous serons comme Lui, parce que nous Le verrons tel qu’il est; parce que nous saurons vraiment, nous ne pourrons pas rechuter.

Nous pouvons ou non considérer l’allégorie biblique qui nous est lue à Pâques comme représentant un événement historique sur le plan physique; notre peuple est entièrement libre de le croire ou de ne pas le croire; mais la plupart d’entre nous soutiennent qu’elle incarne sous forme symbolique une grande et puissante vérité. C’est pourquoi Pâques est pour nous une glorieuse fête; c’est pourquoi nous la célébrons de toutes les [189] manières que nous pouvons. C’est pourquoi nous avons une véritable joie à échanger entre nous le traditionnel salut de Pâques. En effet, tout comme nous nous souhaitons un joyeux Noël le jour de Noël, lorsque les premiers chrétiens se sont rencontrés le jour de Pâques, l’un d’eux a dit à l’autre: « Le Seigneur est ressuscité », et la réponse a été: « Il est vraiment ressuscité », non pas d’une tombe terrestre, mais de la tombe de la matière; ressuscité en vérité et dans une splendide réalité – ressuscité pour toujours. Ainsi, dans sa victoire, nous triomphons aussi, et dans la joie du Seigneur, son Église se réjouit aussi.


Source: Charles W. Leadbeater: The Hidden Side of Christian Festivals

Cet article a 34 commentaires

  1. ymarld

    z pack for chest infection zpak buy azithromycin online [url=https://azithromycinfest.com/]zithromax z pak directions[/url] z pack azithromycin 250 mg

  2. Stephenner

    [url=https://clomidforsale.life/#]clomid online canada[/url] where can you purchase clomid

  3. Hey There. I found your blog using msn. This is a really well
    written article. I’ll make sure to bookmark it and return to read more of your useful information. Thanks for the post.
    I will definitely comeback.

  4. I blog frequently and I truly thank you for your
    information. Your article has really peaked my
    interest. I will take a note of your blog and keep checking for new details about once per week.

    I opted in for your Feed as well.

  5. ShelbytuG

    [url=https://amoxilforsale.best/#]amoxicillin price canada[/url] amoxicillin cephalexin

  6. ChesterToito

    электро штабелеры для склада
    [url=https://elektroshtabeler-kupit.ru]http://elektroshtabeler-kupit.ru/[/url]

  7. Homerrig

    [url=https://buylipitor.store/#]canada prescription price lipitor[/url] lipitor 10mg price singapore

  8. Michealput

    [url=https://withoutprescription.store/#]online canadian pharmacy[/url] ed meds online without prescription or membership

  9. Robinonege

    штабелер самоходный
    [url=https://shtabeler-elektricheskiy-samokhodnyy.ru]https://shtabeler-elektricheskiy-samokhodnyy.ru[/url]

Laisser un commentaire