Une gouvernance qui ne sait que parer au plus pressé

Vous avez aimé les revirements sur les masques et sur le confinement,

vous allez adorer celui sur le vaccin AstraZeneca… et ce n’est qu’un début

Alors que le ministre de la Santé-des-labos, puis le Premier ministre annonçaient contre vents et marées que rien ne remettait en cause l’administration du vaccin AstraZeneca, le Président décide, ce lundi, de le suspendre, le temps que l’Agence européenne des médicaments [AEM] prenne demain mardi une – nouvelle – décision -. En effet, l’agence n’arrête pas de se prononcer sur ce vaccin, c’est dire si ses critères doivent être solides… Pour rappel, le 11 mars, dans un communiqué transmis à l’AFP, l’AEM avait souligné que «les informations disponibles à ce jour indiquent que le nombre de thromboembolies chez les personnes vaccinées n’est pas supérieur à celui observé sur l’ensemble de la population». La veille, l’AEM avait affirmé au terme d’une enquête préliminaire qu’il n’existait aucun lien entre le vaccin AstraZeneca et le décès survenu en Autriche. L’agence européenne ajoutait qu’en date du 9 mars, seuls 22 cas de thromboses avaient été signalés pour plus de trois millions de personnes vaccinées dans l’espace économique européen.

Le Président essaie ainsi de nous faire croire qu’il se préoccupe de ses ouailles en imposant une trêve de… 24h, après que Castex ait affirmé ce dimanche sur Twich:

«A ce stade, il faut avoir confiance dans ce vaccin et se faire vacciner, je le dis de la façon la plus solennelle, sinon on aura des retards dans la vaccination, les Françaises et Français seront moins protégés et la crise sanitaire durera longtemps.»

et que Véran se soit fendu il y a à peine quatre jours d’un communiqué assurant qu’il n’y avait aucune raison d’arrêter la vaccination avec l’AstrraZeneca:

Que doivent penser les Français qui se sont déjà fait vacciner à l’AstraZeneca? Véran assure que les Français qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca «ne sont pas en danger». Mais qu’est-ce qu’il en sait? Seule Mme Irma peut affirmer des choses pareilles!!

En tout cas, on sait à qui profite ces politiques vaccinolâtres menées dans une urgence absolument injustifiée, comme le rappelle le docteur Delépine.

La trêve aura été de courte durée. Mais elle nous aura permis de cette autre passe d’armes hallucinante où est attaqué la « voix discordante » (dixit Morandini himself), celui qui rappelle que les vaccins ne peuvent être sûr puisqu’ils sont encore en phase de test au titre qu’il faut justement encouragé la population à participer à cette expérimentation mengéléenne! « On n’a pas les données, attendons les résultats que nous donnerons les scientifiques, et en attendant… vaccinons! » Très logique et éthique tout cela…:

Pendant ce temps d’engraissement à tout va avec l’argent public des labos et de leurs actionnaires, on continue évidemment à fermer des lits:

Cet article a 3 commentaires

Laisser un commentaire