1.7.4. Le chemin vers son « prochain »; le chemin vers son moi essentiel

Toute l’éternité! À moi!

Lorsque résonne en nous de telles paroles, cela a de quoi être merveilleusement réconfortant – mais sont-elles si éloignée de l’enseignement astrologique? N’y a-t-il pas un chemin nous menant de ce que nous avons reconnu être au fondement spirituel de l’astrologie qui me permettrait de reconnaître pourquoi c’est précisément à moi, dans ma vie actuelle, qu’a été confiée telle tâche spécifique dans ce moment du monde – et pourquoi cela se produit ainsi pour mon salut?

Oublions pour l’instant ces paroles de Goethe et de Lessing, et essayons encore une fois de nous laisser emporter par la vague de ce sentiment du monde qui est à l’origine de toute connaissance ésotérique. Tournons notre regard vers le firmament avec ses milliers, ses myriades d’étoiles au-dessus de nous! Contemplons l’immensité de l’univers avec le désir du grain de sel – dans la parabole de Rama Krishna – de s’immerger dans l’océan de l’univers!

Et là, la pensée suivante peut surgir en nous: Suis-je le seul dans l’immensité de l’univers à ressentir ce que je ressens en ce moment particulier? Ne pourrait-il se faire que je sois relier en cet instant à d’autres êtres, non seulement sur la Terre, mais aussi là-bas, dans les profondeurs de l’espace cosmique, qui ressentent quelque chose de similaire que moi? Est-il possible que je me relie à des êtres qui vivent si loin de moi que la lumière qui parcourt 300’000 kilomètres à la seconde nous mettrait, par sa médiation matérielle, en relation après des siècles, des millénaires, des millénaires pour relier le point A au point B!

[130] Si mon œil physique était encore assez vif, assez perçant pour voir, même à une telle distance, l’être qui veut s’unir à moi par la pensée, je ne pourrais pas l’apercevoir, je devrais attendre des siècles et des millénaires avant que son apparition physique ne devienne visible ici, et à ce moment-là je ne serais plus, tout comme l’autre être ne serait plus non plus!

Ce que je peux voir maintenant là-bas comme étant présent à moi, vivait en réalité il y a des millénaires, et est depuis longtemps devenu poussière; si je faisais signe à cet être et si je le voyais me faire signe en retour, ni mon salut ne lui parviendrait, ni je recevrais un salut qui me serait destiné; des espaces-temps incommensurables me séparent de lui – bien que j’ai été directement touché par sa présence! Et de même que je me crois proche dans le temps de ce qui a été en réalité dans un passé inconcevable depuis longtemps disparu – de même, je me vois proche dans l’espace – sans aucune mesure spatiale fiable – de ces mondes les plus lointains que l’enfant inexpérimenté croit pouvoir atteindre même avec ses petites mains. La Lune et les étoiles me semblent à la foi aussi proches, aussi lointaines.

Mais quelle est la vraie mesure de la distance réelle?

Si je me trouve vraiment dans la même pensée qu’un de ces êtres lointains, puis-je déterminer sa proximité en années-lumière? En d’autres termes: à quelle heure vit donc cet être lointain qui appartient optiquement à mon présent, et à quelle heure vit l’être qui appartient spirituellement à mon présent? N’est-il pas absurde que des êtres qui sont contemporains les uns des autres soient simultanément séparés par l’espace qui les sépare de plusieurs siècles ou millénaires, et dans ce cas, cela a-t-il un sens de parler de simultanéité? Et n’est-il pas tout aussi insensé que l’être dont je suis immédiatement proche en esprit soit en réalité séparé de moi par des espaces inconcevables et donc également par des temps inconcevables? Cela a-t-il encore un sens de parler de proximité spirituelle ?

Mais quel sens cela a-t-il de poursuivre de telles pensées, qui veulent nous conduire au-delà des limites qui semblent être celles de la logique de notre pensée, dans des mondes dont la connaissance nous est fermée?

Pourtant, une telle pensée n’est pas aussi stérile qu’elle pourrait le sembler au premier abord. Car ce que nous venons de dire des habitants des étoiles lointaines vaut – et doit même valoir – pour les habitants du globe terrestre eux-mêmes. Car je ne peux pas non plus mesurer leur proximité [131] par rapport à moi en années-lumière, ni en secondes-lumière ou en fractions de secondes-lumière, ni avec une mesure spatiale, ni avec une mesure temporelle. Et comme l’habitant de Sirius a en quelque sorte son temps dans le cadre de son éternité, qui court à côté de la mienne, chacun de mes semblables a autour de lui, comme une ceinture de brume, son temps, son éternité, et qui pourrait dire que les Hommes qui se croient contemporains le sont en réalité? Quelqu’un s’est-il déjà demandé à combien d’années-lumière il se trouve de Dieu? Ou s’est-il déjà demandé à combien d’années-lumière il se trouve du cœur de son prochain? Et pourtant, cette question, aussi futile qu’elle puisse paraître, nous indique le chemin que notre enquête doit maintenant emprunter.

Rappelons tout d’abord une comparaison que nous avons utilisée à l’époque pour développer l’idée de la capacité du destin ou de l’imbrication du destin de l’Homme – la comparaison avec le monde des rêves. Lorsque nous sommes dans un rêve, nous ne sommes pas hors du temps et de l’espace, mais le temps de chaque rêveur est pour ainsi dire hors du temps général, et son rêve est également hors de l’espace général. Lorsque nous nous éveillons du rêve, nous plongeons bien dans l’espace général, dans le temps général, mais pas complètement, seulement dans la mesure où nous nous sommes détachés du rêve; mais nous ne nous sommes complètement détachés du rêve que lorsque nous pourrions être au-delà de notre subjectivité, détachés de la Terre et détachés du destin. Tant que cela n’est pas arrivé, même en tant que personne éveillée, je porte avec moi, comme une ceinture de brume de ma subjectivité, un morceau d’espace et de temps qui m’est propre et qui me sépare de mon voisin, qui marche à côté de moi revêtu d’une enveloppe semblable.

Mais si les choses sont ainsi, quel est le véritable critère de la proximité des Hommes entre eux? Rien d’autre que la mesure cosmique détermine notre relation avec les étoiles les plus éloignés comme les plus proches! Pensons donc que l’Homme à côté de moi possède, comme moi, un horoscope, qu’il marche à côté de moi comme un résonateur de l’humeur cosmique au moment de sa naissance, qu’il est devenu comme moi un petit cosmos planétaire par sa naissance sur Terre – alors mon chemin vers lui et son chemin vers moi déterminent selon une mesure qui ne se situe qu’entre nous deux et qui repose sur l’intégration commune dans l’unité du cosmos solaire. Et de même que Helmholtz détermina jadis le rapport « proche » ou « lointain » entre deux sons par le [132] lien de leurs harmoniques communes, de même la proximité ou la distance intérieure de deux Hommes se détermine par le lien de leurs constellations communes dans leur horoscope respectif. Nous arrivons ainsi au concept de la solidarité astrologique de deux ou plusieurs personnes selon leur degré de parenté astrologique. Mais cette parenté astrologique n’est pas seulement une classification théorique du degré de similitude, mais, comme la parenté chimique, une force qui, comme là les substances, aide ici à rapprocher les Hommes.

Notre question principale se présente dès lors sous un jour nouveau. Si mon moi n’avait vraiment avec la série de mes ancêtres aucun autre rapport que celui de la simple filiation corporelle, j’aurais bien le droit de me plaindre de ne pas avoir reçu un horoscope « meilleur » ou « plus agréable » que celui de mon voisin.

Mais si ce qui m’a fait venir chez mes parents était fondé sur des nécessités cosmiques, devait obéir à une loi de la parenté astrologique, comme nous avons déjà appris à connaître une telle loi dans la « règle d’Hermès », alors nous aurions peut-être un moyen de résoudre notre question à partir de l’esprit même de la connaissance astrologique; car quel est en fait le sens « interne » de cette parenté et en quoi consiste le caractère contraignant de sa force? Qui contraint – ou plutôt qui résout?

Car celui qui, sur la base de l’affinité astrologique, entre dans le chemin vers l’autre moi, peut maintenant présenter son propre horoscope à l’autre, marier le sien à celui de l’autre, comme deux sons se mélangent en une harmonie qui est maintenant plus que la simple simultanéité de leur retentissement. Celui qui offre ainsi son horoscope à l’autre l’aide à accomplir ce qu’il ne pourrait pas faire seul, l’aide à atteindre l’essentiel, ce pour quoi nous sommes là. Et… de quoi s’agit-il?

Nous demandions: quelle est la distance à parcourir pour atteindre le cœur de l’autre? Mais demandons-nous maintenant: à quelle distance se trouve le chemin vers notre moi essentiel, vers notre véritable moi! « Chacun est le plus proche de soi-même », dit le proverbe. C’est peut-être vrai dans l’espace – mais cela n’a aucun sens!

Non! Le chemin est long jusqu’à mon moi essentiel, qui doit d’abord être élaboré en cultivant cette Terre qui m’a vu naître, jusqu’aux limites du zodiaque dans lequel repose mon moi originel, et sur ce chemin, je dois me détacher progressivement de toutes les conditions de ma temporalité individuelle, et aspirer à l’éternité à partir de la temporalité. Pour cela, un [133] horoscope ne suffit pas. Il faut plus de possibilités que ne peut en offrir un seul horoscope! À l’instar de l’Oswald de Henrik Ibsen qui demande le « Soleil » à sa mère, nous devions être autorisés à demander un tel don à tous ceux que nous appelons « notre prochain », don que nous ne méritons que si nous sommes prêts à faire le même sacrifice, à examiner l’horoscope de notre prochain avec notre Soleil intérieur, comme s’il s’agissait du nôtre – ce qui fait qu’il devient notre prochain, et nous le sien, au sens propre du terme!

Le commandement: « Aime ton prochain comme toi-même » devient ainsi la clé qui nous permet de répondre à notre dernière question.

Le chemin vers son propre moi ne passe que par l’amour des autres!

L’astrologie pratique regorge d’exemples montrant qu’un être humain qui se lie d’amour à un autre est capable d’absorber les coups du sort jusqu’à un haut degré. Et c’est cet amour qui raccourcit les distances, qui rapproche ce qui est éloigné par-delà les temps et les espaces – qui m’apprend à comprendre ce qui ne serait pas compréhensible par la seule raison: pourquoi c’est précisément mon « moi » qui a dû venir chez ces parents qui se sont un instant frottés amoureusement, guidés inconsciemment par une haute loi les a guidés, parce qu’en ce moment mystique de la procréation, lorsque leurs horoscopes se sont entrecroisés, j’ai été désigné comme le témoin durable de ce mélange de deux pensées terrestres – le route que mes parents et plus loin leurs ancêtres avaient empruntée un jour est aussi, dans un certain sens, ma route, parce qu’ils étaient arrivés au même croisement de chemins où je me tenais moi aussi en attendant qu’un couple d’êtres humains apparaisse sur la terre et me prête la conjugaison de leurs « Soleil »!

Et si j’avais déjà parcouru le chemin jusque-là, n’est-il pas le plus probable que je l’ai parcouru sur la même Terre que celle où je suis né maintenant, et n’est-il pas tout aussi probable que le but provisoire que j’atteindrai à la fin de ma vie terrestre déterminera alors déjà mon futur couple de parents? Le couple parental qui m’aidera à prendre possession de l’héritage que j’ai laissé ici et dont je ne peux être que l’unique prétendant légitime!

Nous allons maintenant conclure ce premier tome.

La sagesse des époques passées nous a donné deux principes directeurs:

  • « Connais-toi toi-même – et tu connaîtras Dieu! » et
  • « Aime ton prochain comme toi-même.

L’astrologie nous montre le chemin de la connaissance de soi; l’amour nous apprend à le parcourir réellement!

À celui qui peut réunir les deux [134], l’étude de l’astrologie peut lui apporter le salut. La rotation de la Terre autour de son propre axe crée un centre qui se trouve en elle-même, mais sa course autour du Soleil crée un second centre autour duquel son premier centre tourne sans cesse. Le Soleil et le noyau héliotique de la Terre sont des correspondances mutuelles – à l’image de la relation entre le moi existentiel [Yesod et sa relation à Tipheret] et le moi essentiel [Tipheret et sa relation avec Kether].

Le temps de la réunification du Soleil et de la Terre n’est pas encore venu! Mais nous, qui vivons sur la Terre, qui lui sommes intimement liés, nous devons apprendre, autant que nous le pouvons, à devenir conscients de notre chemin!

C’est sur cette note que nous voulons conclure cette introduction à l’astrologie en tant que science secrète – en espérant avoir réussi à vous démontrer que la véritable astrologie n’est saisissable que du point de vue ésotérique.

Cet article a 40 commentaires

  1. Stromglula

    [url=https://stromectolgf.online/#]ivermectin where to buy[/url] buy liquid ivermectin

  2. ThomasbaP

    [url=https://drwithoutdoctorprescription.online/#]buy prescription drugs without doctor[/url] carprofen without vet prescription

  3. ThomasbaP

    [url=https://drwithoutdoctorprescription.online/#]online prescription for ed meds[/url] canadian online drugs

  4. Michaelquest

    [url=https://sildenafilmg.shop/#]sildenafil[/url] viagra without a doctor prescription usa

  5. Michaelquest

    [url=https://sildenafilmg.com/#]sildenafil[/url] best place to buy generic viagra online

  6. Michaelquest

    [url=https://sildenafilmg.online/#]price of viagra[/url] viagra cost per pill

  7. Michaelquest

    [url=https://sildenafilmg.shop/#]sildenafil[/url] viagra without a doctor prescription

  8. Rickyelece

    [url=https://zithromaxforsale.shop/#]zithromax buy[/url] zithromax 500 tablet

  9. ShelbytuG

    [url=https://clomidforsale.life/#]clomid without rx[/url] online pharmacy australia clomid

  10. Homerrig

    [url=https://buymetformin.best/#]where can i purchase metformin 1000 mg without prescription[/url] metformin 500 mg price australia

Laisser un commentaire