Le concept d’émergence en philosophie de l’esprit: 0. Introduction

Le concept d’émergence a retrouvé sa place dans le courant dominant de la philosophie. L’air de mysticisme qui entourait auparavant le concept a disparu, et il n’est plus considéré comme douteux d’utiliser des expressions comme « propriétés émergentes » ou « phénomènes émergents ».

La tradition de l’émergentisme britannique, qui a débuté avec John Stuart Mill, s’est éteinte avant le milieu du 20ème siècle lorsque les idées positivistes et réductionnistes ont commencé à dominer le domaine de la philosophie. Cependant, dans les années 1970, il est devenu évident que les approches réductionnistes ne pouvaient pas rendre compte de manière convaincante des phénomènes mentaux. Cela a conduit au développement de différentes théories non réductrices et au retour de l’émergentisme.

Le concept le plus central de ce nouvel émergentisme est l’irréductibilité. L’idée est que bien que les propriétés mentales dépendent des propriétés physiques et les supervisent, elles ne peuvent jamais y être réduites. Cette idée est également évidente dans les œuvres des britanniques, en particulier dans The Mind and its Place in Nature (1925) de C. D. Broad. Les théories évolutionnistes et cosmologiques de haut vol des émergentistes classiques, qui sont probablement à l’origine de la mauvaise réputation de l’émergentisme, ne font pas partie du débat actuel.

Le problème le plus difficile auquel un émergentiste actuel doit faire face est le problème de la causalité mentale. Le problème est le suivant: si le monde est fondamentalement physique, comme le suppose l’émergentisme, comment les propriétés mentales émergentes peuvent-elles avoir des pouvoirs causaux? Si elles ont un rôle dans la cause des événements physiques, il semble que les événements physiques ont des causes qui sont en dehors du champ de la physique, et la physique seule ne suffit pas pour expliquer tous les événements physiques. C’est un résultat inacceptable pour la religion dominante: la Science matérialiste et athée.

Mais si les propriétés mentales émergentes n’ont pas de pouvoir causal, on ne voit pas bien dans quel sens elles existent.

Le concept d’émergence est également utilisé dans d’autres domaines, par exemple dans les sciences cognitives, dans les théories de l’auto-organisation et dans la philosophie de la biologie, mais dans un sens quelque peu différent que dans la philosophie de l’esprit.

L’accent sera mis sur les propriétés émergentes, et non sur les lois, ou entités émergentes. Ces dernières ne sont que brièvement mentionnées dans l’aperçu historique et dans d’autres sections de la partie I. La raison en est que le débat actuel sur l’émergence porte principalement sur les propriétés émergentes. Cependant, l’un des problèmes de cette approche est que le concept de propriété en général est extrêmement problématique. Il n’y a pas de consensus parmi les philosophes sur ce que sont les propriétés (universelles, particulières, tropes, etc.) ou même sur leur existence. Il n’est pas possible de discuter en détail de cette énorme question ici.

Source: Markus Eronen, EMERGENCE IN THE PHILOSOPHY OF MIND, 2004

La publication a un commentaire

  1. cotteau laurent

    Cela me fait penser au livre « égrégores ou la vie des civilisations » de Pierre Mabille, dans lequel il distingue le simple mélange du composé et l’applique au concept de l’égrégore comme phénomène relatif à l’émergence. Connais tu ?

Laisser un commentaire